Que risque Facebook avec son bug géant?

La publications des messages privés sur les murs de ses utilisateurs ne sera sans doute pas sans conséquence pour Facebook.

En effet, en France, la violation du secret des correspondances est un délit pénal, mais uniquement quand la violation est commise volontairement, ce qui n’est ici sans doute pas le cas.

En revanche la responsabilité pénale de Facebook peut être engagée pour ce qui concerne les manquements à ses obligations de sécurité prévu par la loi Informatique et Libertés de 1978. Il suffit juste qu’une plainte soit déposée. Dans tous les cas, la direction de Facebook est déjà sommée de s’expliquer devant la CNIL.

Au delà de l’énorme problème d’image, de l’effet sur la valorisation boursière (-9% du cours de l’action 1/2heure après l’annonce du bug), le risque financier direct va dépendre du nombre de plainte qui sera déposé, et du montant des indemnisations  du préjudice.

Toutes ses conséquences peuvent être prises en charge avec une police d’assurance contre les cyber-risques.

Si vous souhaitez des informations, contactez nous

Thyssenkrupp s’assure contre les risques de la cybercriminalité

Depuis l’attaque des ordinateurs du programme nucléaire iranien en 2010 par le virus informatique Stuxnet, la cybercriminalité  n’est plus de la science-fiction pour les industriels. C’est sans doute pourquoi le groupe allemand Thyssenkrupp a décidé de souscrire une police couvrant les éventuelles attaques cybercriminelles auprès de l’assureur français AXA.

Selon le Financial Times Deutschland, AXA va couvrir 30 % des risques du groupe en lien avec la cybercriminalité (avec une police de 50 millions d’Euros), les 70 % restants devant être garantis par plusieurs autres assureurs qui doivent encore être trouvés.

Ni AXA, ni le groupe industriel, n’ont commenté l’information